La référence des professionnels
des communications et du design

Trop de forums tue les forums ?

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Davos, Bamako ou Caracas ? Les médias n'avaient que l'embarras du choix : d'un côté le Forum économique mondial (FEM) et de l'autre le Forum social mondial (FSM) qui se décline désormais sur 4 continents. Force est de constater que ces forums n'ont pas enflammé les esprits.

La presse a fait état des grands dossiers débattus au FEM : dossier nucléaire iranien, grippe aviaire, déséquilibre économique Nord-Sud, réchauffement climatique, Irak. crise énergétique et surtout montée en puissance de l'Inde et de la Chine. Elle a relevé la suprématie de l'économie sur la politique, mettant en exergue les déséquilibres portés par la croissance mondiale, et déplorant, sporadiquement, ce retour au business en 2006 aux dépens notamment de l'Afrique, de la lutte contre le sida. Elle a souligné dans le même temps la tenue de l'OMC en marge de Davos et le probable échec du cycle de Doha.

De par l'absence remarquée de responsables américains et européens à l'exception d'Angela Merkel, très attendue sur la sécurité énergétique, ce sont les initiatives des vedettes qui ont été fréquemment mises en avant, Bill Gates (pour le plan anti-tuberculose lancé avec la Grande-Bretagne et le Nigéria) et Bono (pour la lutte contre le sida) en tête de liste. Autre grand sujet : la coopération entre gouvernements, entreprises, ONG et médias pour financer la lutte contre les épidémies. Dans ce contexte, la presse a indiqué que les gouvernements n'étaient pas prêts à faire face à une pandémie de la grippe aviaire.

Outre ces grands thèmes de discussion, la presse a rappelé que le FEM restait un lieu de rencontres informelles. Loin d'être dupe, elle a souligné que les véritables débats se menaient à l'abri des regards, déplorant parfois la fausse transparence affichée.

À en juger par le contenu des articles, le FSM perdrait de son influence. Guerre, immigration et développement, dette et commerce mondial tels ont été les principaux sujets débattus par les groupes présents (pacifistes, écologistes, économistes, associations ou encore ONG et autres) aux FSM de Bamako et de Caracas. La tenue de l'un des FSM en Afrique a permis de porter un éclairage sur ce continent quelque peu oublié dans les précédents forums.

Toutefois, ce sont les incertitudes sur l'avenir du mouvement et la nature des débats au Vénézuéla qui ont eu la part belle. La presse a noté la domination de l'Amérique latine et la montée de la Gauche dans cette région du globe. Elle a également commenté l'intervention du président vénézuélien, Hugo Chavez, préconisant un mouvement articulé, mondial et alternatif, qui a lancé un appel à la réflexion sur les moyens de parvenir au pouvoir. Incontestablement le FSM s'est retrouvé éclipsé par Davos. Le manque de déclaration finale et de prise de position sur l'avenir du mouvement laissent en suspens un grand nombre de questions. Les prochains forums réussiront-ils à faire mieux ? Les altermondialistes passeront-ils outre leurs divisions ?

Sylvie Testard, directrice Echo Research France

comments powered by Disqus