La référence des professionnels
des communications et du design

Pas de publicité aux abords des routes

Le ministre des Transports du Québec, Guy Chevrette, a déposé hier un projet de loi interdisant tout affichage publicitaire aux abords des routes et des ponts, jusqu’au 1er juillet 2001. "Passé cette date, des modifications législatives seront effectuées, visant à encadrer l’affichage publicitaire, particulièrement dans les zones où la rapidité et la densité de la circulation sont élevées", dit Guy Chevrette.

En effet, le ministère des Transports du Québec (MTQ) entend éviter les accidents qui pourraient être causés par la distraction d’un automobiliste, dont l’attention serait captée par une publicité. Pour cela, il envisage deux nouvelles réglementations: interdire l’affichage publicitaire là où la vitesse est supérieure à 70 km/h et, aux autres endroits, y compris en milieu urbain, obliger les afficheurs à installer leurs panneaux à des emplacements où ils ne peuvent perturber la conduite.

Le projet de loi 129 prévoit des amendes de 2 000$ à 10 000$ aux contrevenants, ainsi que le droit au MTQ de retirer les panneaux interdits. Toutefois, il ne peut être rétroactif, si bien que le contrat exclusif que la Société des ponts fédéraux a récemment signé avec l’afficheur Mediacom pour l’implantation de 60 faces publicitaires aux abords de l’autoroute Bonaventure et des ponts Jacques-Cartier et Champlain, à Montréal, ne peut pas être remis en cause.

Le projet de loi était à l’étude depuis plusieurs années, ce qui a eu des effets directs sur le développement des afficheurs. "Les atermoiements du ministère des Transports du Québec ont assurément mis l’industrie de l’affichage extérieur en effervescence", dit Jean Ringuette, directeur général de Pattison-Québec. "Nous nous sommes tous empressés d’acquérir des sites avant que cela ne soit plus possible." Ainsi, Pattison-Québec a installé son 500e panneau horizontal au début de l’année, alors qu’il avait fêté l’installation de son 300e juste un an auparavant.

Pour être appliqué, le projet de loi 129 doit d’abord être voté par l’Assemblée nationale. Le débat promet d’être passionné: déjà, un des principaux afficheurs du Québec est en pourparler avec des avocats et des représentants du MTQ.

comments powered by Disqus