La référence des professionnels
des communications et du design

La banque dans tous ses états !


Comment la presse française a t-elle réagi à l'inauguration de la Banque postale, le 2 janvier 2006, une naissance qui n'a pas fait l'unanimité au sein des grandes banques françaises ?
L'obtention du feu vert de Bruxelles, le 21 décembre dernier, trois semaines après l'accord de l'autorité française de tutelle des banques, pour la création du plus gros réseau bancaire de France n'avait en effet pas calmé les esprits.
La presse a donné la parole à certains grands patrons du réseau bancaire français qui ont contesté la création d'un dixième réseau de banque de détail. Dans ce cadre, elle a rapporté les critiques faites à propos du monopole de La Poste et des Caisses d'épargne pour la distribution du Livret A.
Le PDG de la Société Générale, a notamment précisé que les banques pouvaient proposer ce service à moindre coût pour le contribuable et le financement du logement social. Des arguments de choc qui ne semblent pas avoir convaincu les autorités compétentes en la matière qui tardent à statuer sur cette question. Daniel Bouton a, d'autre part, estimé que l'autorisation de créer la Banque postale ne reposait pas sur des questions d'intérêt général mais qu'il s'agissait davantage d'un moyen de sauver l'avenir de La Poste en l'aidant à faire face à la décroissance de ses activités de courrier.

De son côté, La Poste s'est félicitée de cette naissance qui s'inscrit dans le projet de développement de l'entreprise, même si son image auprès des Français n'est pas forcément celle d'une entreprise industrielle. Soucieuse de paraître fidèle à ses principes fondateurs, elle s'est employée à rassurer et à clamer ses principaux objectifs : "Rester la moins chère des grandes banques" et "remonter [sa] part de marché de 4,5 % à 9 % dans un horizon de cinq à dix ans."

À en juger par les critiques soulignées par la presse, il lui reste néanmoins à faire ses preuves, fidéliser ses clients actuels et à en gagner de nouveaux. D'ores et déjà, deux enjeux de taille se profilent. Elle devra, premièrement, trouver des solutions à sa principale faiblesse : les queues interminables aux guichets. La presse a notamment relevé que La Poste n'avait pas, semble-t-il, prévu de guichets spécifiques dans ses 17 000 points de vente en France. Deuxièmement, il lui faudra compter avec le Crédit Agricole qui dispose de 22 millions de clients mais surtout d'une clientèle et d'un réseau communs avec La Poste dans l'Hexagone.

La presse a d'ailleurs fait état de l'action conjointe engagée auprès de la Commission européenne par le Crédit Agricole, BNP Paribas, la Société Générale et le groupe Banque Populaire pour la distribution du Livret A. Concurrence déloyale ou pas, les Français devront désormais compter avec une nouvelle entité bancaire.

Sylvie Testard est directrice d'Echo Research France.
Analyse et commentaire réalisés sur la base de 71 articles parus dans la presse quotidienne nationale en ligne. www.echoResearch.com

comments powered by Disqus