La référence des professionnels
des communications et du design

Adieu le 12, bonjour le 118

Conséquence de la libéralisation du marché des renseignements téléphoniques, le 12 n'est plus: vive le 118 et son cortège de chiffres à mémoriser ! La presse française a largement commenté cette actualité fin octobre et début novembre, puis la nouvelle est quelque peu tombée aux oubliettes.

Et pourtant, le bouleversement du paysage des renseignements téléphoniques français est de taille. La presse a largement commenté ce fait, soulignant que le 12 était désormais remplacé par une jungle de numéros concurrents. Autre enjeu de taille : les tarifs. La presse a estimé que les tarifs restaient encore opaques et souvent plus chers que par le passé au détriment des consommateurs.

Désormais, il faudra compter avec une pléthore de sociétés concurrentes proposant des services similaires, difficiles à distinguer. La presse a fait référence aux 7 opérateurs initialement autorisés à offrir leurs services sur les 27 candidats, tout en indiquant que certains avaient déjà disparu ou allaient sous-traiter. Ainsi, France Telecom devra affronter de "petits nouveaux" tel Telegate, leader européen du renseignement téléphonique, nouvellement arrivé dans l'Hexagone après avoir racheté les activités de renseignements de SFR et de Bouygues.

Finalement, les médias ont rappelé que le grand gagnant de cette libéralisation était le marché publicitaire. Et cet aspect n'a pas fait l'unanimité, la presse a déploré la confusion et le matraquage publicitaire ambiants, faute de services diversifiés, d'originalité et d'innovation de la part des divers concurrents.

Sylvie Testard est la directrice d'Echo Research France

Analyse et commentaire réalisés par Echo Research : www.echoResearch.com

comments powered by Disqus