La référence des professionnels
des communications et du design

Why "Paris is burning" ?

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Les images des banlieues françaises au prise à la violence et aux émeutes font le tour du monde, les flammes au coin de la rue et la réalité criante de la non-intégration donnant soudainement une vision de la France bien éloignée de la célèbre « douceur de vivre » nationale.


Certes tous les media français convergent ces jours-ci vers Clichy-sous-Bois : plus de 5000 UBM * en 10 nuits de violences urbaines. Le sujet domine toutes les autres informations en presse, en télévision et en radio. Mais ce sont également les media du monde entier qui se font l'écho de cet embrasement : « Pourquoi Paris brûle » titre ce dossier du magazine Time, « Paris : l'intifada des banlieues » proclame le quotidien italien La Repubblica.

Au-delà du problème de politique intérieure posé à la société française, dont nous ne débattrons pas ici, ces émeutes relayées aux quatre coins du globe font entrer la France dans une zone sensible de « communication de crise » vers ces partenaires internationaux politiques et économiques. A la lecture des articles publiés en Europe, aux USA, en Asie ou en Afrique, c'est l'image même de la France et sa réputation de douceur de vivre qui sont mis à mal. Pour faire court : pour les uns, les flammes et la violence brûlent les faux-semblants de ce pays donneur de leçon, pour les uns, l'immobilisme social se paie au prix fort et le pouvoir politique se montre à ce stade bien incapable de reprendre le contrôle pour tous. Et parfois la dramatisation l'emporte : peut-on encore aller en France en toute sécurité ?

Les journalistes américains sont vraisemblablement les plus narquois : les Français n'avaient-ils pas souligné récemment les inégalités raciales et sociales de la Nouvelle-Orléans dévastée ? Fox News tout comme les grands quotidiens US décrivent véritablement en boomerang une France incapable d'intégrer les minorités, où règne la discrimination, et qui a laissé à l'abandon les populations issues de l'immigration.
La presse européenne s'attarde également sur les conséquences politiques de la crise. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le Financial Times, El Pais ou El Mundo comme bien d'autres encore se demandent si les positions fermes de Nicolas Sarkozy et son vocabulaire très dur vont l'avantager ou l'handicaper dans sa rivalité avec Dominique de Villepin en vue des élections présidentielles de 2007.

Après avoir calmé la violence et tenter de résoudre les problèmes les plus douloureux, le pouvoir français devra penser à reconstruire cette image nationale si durement atteinte après ces semaines d'émeutes médiatisées à travers le monde.


François Nicolon
TNS Media Intelligence
Directeur Marketing International du pôle information


* L'UBM de TNS Media Intelligence évalue la pression media. Proche du GRP publicitaire, mais construite à partir des contenus d'information, l'UBM (Unité de Bruit Médiatique) est un indice composite. Il intègre à la fois le volume d'information et le nombre de téléspectateurs / lecteurs / auditeurs susceptibles d'y avoir été exposés. Événement à la une, contexte médiatique général, grandes entreprises, personnalités et faits de société sont ainsi décryptés chaque jour en terme de "parts de voix médiatiques" par TNS Media Intelligence.

comments powered by Disqus