La référence des professionnels
des communications et du design

Le nationalisme est out

Les marques n'ont plus aucun intérêt à se draper dans le nationalisme pour mieux se vendre, estime François Descarie dans la plus récente livraison de son Bulletin D.

Le vice-président senior de la maison de recherche Ipsos Descarie estime que les consommateurs sont trop égoïstes pour favoriser un argument social au détriment d'un bénéfice personnel.

De plus, les annonceurs qui recourent à cette stratégie risquent de paraître opportunistes ou impertinents, et l'exercice est encore plus périlleux à l'échelle canadienne en raison des deux niveaux possibles d'appartenance géopolitiques, soit québécois et canadien.

Il souligne également que la mondialisation brouille la donne, citant le cas de la marque allemande Volkswagen, qui fabrique ses véhicules au Mexique avec des pièces importées d'un peu partout.

"L'argument nationaliste est le dernier à proposer aux consommateurs, conclut-il. Pire encore, c'est l'argument des perdants. Certes, un segment de la population pourra vibrer à cette stimulation politique. Mais les égoïstes sont toujours 10 fois plus nombreux que les idéalistes."

Pour réagir à cet article, cliquez ici.

comments powered by Disqus