La référence des professionnels
des communications et du design

L'ordonnance de non-publication est levée

Les révélations dévastatrices de Jean Brault, le président de Groupaction, sur le scandale des commandites sont désormais publiées dans les médias après que la Commission Gomery eut partiellement levé, hier, l'ordonnance de non-publication sur son témoignage. Jean Brault fait état, entre autres, d'un système qui liait directement les contrats - parfois factices - donnés à son agence aux contributions faites au Parti libéral du Canada.

Ces révélations viennent établir pour la première fois un lien direct entre les dons au PLC et l'obtention de contrat des commandites, ce qui place le gouvernement Martin dans une position de plus en plus précaire. "Ce que M. Brault a dit est extrêmement sérieux, et c'est pour ça qu'on a demandé à la GRC qu'elle enquête, parce qu'on pense que le parti s'est fait flouer", a déclaré Jean Lapierre, le lieutenant québécois du gouvernement libéral.

La levée de l'ordonnance de non-publication a par ailleurs été bien accueillie par l'Association des agences de publicité du Québec (AAPQ), qui avait plaidé hier matin en ce sens devant la commission. "Le juge Gomery a jugé l'enjeu suffisamment important pour accepter d'entendre notre avocat", a souligné Yves Saint-Amand, directeur général de l'AAPQ. L'Association était déjà intervenue le mois dernier pour s'objecter à la demande de huis clos et de non-publication formulée par certains témoins (pour plus d'information sur ce point, cliquez ici).

comments powered by Disqus