La référence des professionnels
des communications et du design

Jetsgo s'écrase, Braque licencie

L'agence Braque prévoit licencier jusqu'à 40% de son personnel en raison de la faillite de Jetsgo, son principal client, qui laisse un trou de plusieurs centaines de milliers de dollars dans ses finances.

Le pd-g de Braque, Jean-Marc Demers, a déclaré au Globe and Mail que jusqu'à 10 des 24 employés de l'agence pourraient perdre leur poste. "C'était notre plus gros client, nous avons pratiquement mis cette marque au monde", a-t-il dit au quotidien torontois. Les licenciements devraient se limiter aux employés qui s'occupaient du site Web de Jetsgo, a-t-il précisé. (Cliquez ici, ici ou ici pour voir différentes campagnes conçues par l'agence pour Jetsgo)

Jean-Marc Demers prévoit par ailleurs déposer une réclamation de plusieurs centaines de milliers de dollars contre le transporteur, bien que les espoirs de récupérer les sommes dues soient minces. L'agence Braque projetait des revenus bruts de 1,54 million$ en 2004, selon le Guide COM 2005. Ses autres clients incluent Alamo Rent-a-car, Bombardier Produits récréatifs et Location d'autos National.

"Ça nous met dans une situation difficile à court terme, mais l'horizon à moyen terme s'annonce excellent", a-t-il dit.

Les relations entre Braque et Michel Leblanc, le fondateur de Jetsgo, remontent au temps de Royal Aviation, la précédente compagnie aérienne de l'entrepreneur. Jean-Marc Demers dit qu'il hésiterait aujourd'hui à travailler de nouveau pour une compagnie aérienne de Michel Leblanc. "Je lui conseillerais de ne pas relancer Jetsgo parce que cela ne marcherait pas. Je lui suggérerais de penser à autre chose."

Plusieurs médias se ressentent aussi de la faillite d'un annonceur qui avait dépensé 7,1 millions$ en achat média en 2003, selon Nielsen Media Research. Une grande partie des dommages est toutefois ressentie directement par son agence de placement torontoise, Media Dimension. "Chez nous, l'impact est nul car toutes les publicités étaient directement payées par l'agence de placement", dit Louis Lamarre, directeur général des ventes du journal Les Affaires.

comments powered by Disqus