La référence des professionnels
des communications et du design

Quebecor garde confiance en 24 heures

Quebecor entend continuer de distribuer son quotidien gratuit 24 heures aux abords des stations de métro même si le groupe a perdu sa bataille pour briser l'entente d'exclusivité entre son rival Métro, du groupe Transcontinental, et la Société de transport de Montréal. Quebecor affirme même que l'utilisation de crieurs à l'entrée des stations combinée avec des présentoirs dans des lieux achalandés lui assure une meilleure distribution que la concurrence.

"La décision de la Cour suprême du Canada est effectivement décevante, mais elle ne change rien à l'expansion que nous connaissons présentement. Notre méthode actuelle de distribution a fait ses preuves et continue de satisfaire autant nos lecteurs que nos annonceurs", dit Serge Gosselin, éditeur du 24 heures. "Il s'agit d'un produit qui va très bien, dans lequel nous allons continuer d'investir et qui est devenu un incontournable du paysage médiatique", renchérit Luc Lavoie, vice-président de Quebecor.

Quebecor a perdu son dernier recours juridique la semaine dernière quand la Cour suprême a refusé d'entendre l'appel logé pour tenter de briser l'exclusivité accordée à son concurrent. Comme le veut la coutume, la Cour suprême n'a pas donné les raisons de son refus d'entendre la cause.

Selon le premier volet de l'étude 2004 de NADbank, le lectorat moyen en semaine de Métro est passé de 204 500 en 2003 à 271 400 en 2004, tandis que celui du 24 heures a progressé de 54 000 à 152 400 lecteurs entre 2003 et 2004.

comments powered by Disqus