La référence des professionnels
des communications et du design

Métro conserve l'exclusivité dans le métro

La Cour suprême a refusé hier d'entendre l'appel logé par Sun Media en vue d'obtenir le droit de distribuer son quotidien gratuit 24 heures dans le métro de Montréal. Le refus de la plus haute instance judiciaire au pays signifie que le journal Métro du groupe Transcontinental continuera d'être le seul quotidien gratuit distribué dans le métro, une exclusivité obtenue par un accord de six ans signé avec la Société de transport de Montréal en 2001.

"Nous sommes très heureux de la décision de la Cour suprême, qui met un point final à ce litige commercial nous opposant à Corporation Sun Media, a déclaré André Préfontaine, président de Médias Transcontinental. Dans des jugements antérieurs, la Cour supérieure et la Cour d'appel du Québec avaient unanimement reconnu la validité de l'entente entre la Société de transport de Montréal et le quotidien Métro et, tel que nous l'avions soutenu, que le litige était essentiellement de nature commerciale."

Luc Lavoie, le porte-parole de Quebecor, la société mère de Sun Media, n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Le journal Métro et la STM avaient fait valoir devant la Cour supérieure et la Cour d'appel des arguments de sécurité et de fiabilité du réseau pour empêcher la distribution de plus d'un quotidien gratuit dans les stations de métro. Comme le veut la coutume, la Cour suprême n'a pas donné les raisons de son refus d'entendre la cause.

Selon le premier volet de l'étude 2004 de NADbank, le lectorat moyen en semaine de Métro est passé de 204 500 en 2003 à 271 400 en 2004, tandis que celui du 24 heures a progressé de 54 000 à 152 400 lecteurs entre 2003 et 2004.

comments powered by Disqus