La référence des professionnels
des communications et du design

Un gros défi pour les Championnats mondiaux de sports aquatiques

La tenue, l'été prochain, des Championnats du monde de sports aquatiques de Montréal est en péril faute d'avoir récolté suffisamment de commandites, un problème de taille qui ne serait pas insurmontable si l'événement réussissait à relever sa notoriété.

L'organisme n'a amassé jusqu'à présent que 4 millions$ en commandites, soit trois fois moins qu'escompté à l'origine, ce qui a poussé les organisateurs à s'adresser aux différents paliers gouvernementaux pour combler le fossé financier.

Selon Jean Gosselin, vice-président du groupe communications marketing de National et spécialiste en marketing sportif, l'événement doit relever sa notoriété sur le marché local.

"Il y aurait dû y avoir un plus grand travail sur la notoriété et le prestige de l'événement, dit-il. Ça aurait aidé autant à la vente de l'événement qu'à la vente de commandites, mais il n'est pas trop tard pour créer le momentum, dit-il. La somme à aller chercher n'est pas irréaliste. On parle ici d'un des quatre ou cinq plus gros événements sportifs au monde, derrière les Jeux olympiques, la Coupe du monde de soccer et les Championnats du monde d'athlétisme. C'est la première fois que la compétition se tient en Amérique du Nord. C'est tout simplement le plus grand événement sportif amateur à se tenir à Montréal depuis 1976."

Selon lui, un événement d'une telle ampleur nécessite aussi des démarches outre-frontières: "Il faut absolument frapper aux portes des siège sociaux mondiaux, dit-il. En contrepartie, il faut leur offrir un visibilité internationale intéressante à l'international."

comments powered by Disqus