La référence des professionnels
des communications et du design

Le contenu commandité à l'ACR

L'Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) a tenu lors de son congrès annuel un atelier sur le contenu commandité (branded content) réunissant les diffuseurs Alliance Atlantis Broadcasting, CanWest Media, Rogers Media, le Bureau de la télévision, la firme de placement médias Starcom MediaVest et Ricochet, la division de l'agence Cossette qui élabore de tels contenus. "Depuis toujours, on touche le consommateur où il se trouve, a souligné Jacques Labelle, associé de Cossette et directeur de Ricochet. C'est évident que les cotes d'écoute de la télé baissent auprès de certains publics. C'est aux clients et aux agences à s'ajuster."

L'objectif de cet atelier était de voir comment diffuseurs, annonceurs et agences de publicité pouvaient tirer leur épingle du jeu dans un univers où les consommateurs zappent, enregistrent sur PVR (Personnal Video Recorder) et passent de plus en plus de temps sur Internet. Tous les participants se sont entendus sur la nécessité de s'ouvrir aux nouvelles possibilités dans ce domaine et d'amorcer le dialogue le plus tôt possible dans le processus de création.

Une assistance record de près de 700 personnes a participé au 78e congrès annuel de l'ACR à Ottawa, qui avait comme thème Le Canada au premier plan. Les diffuseurs ont tenté notamment de déterminer comment le partenariat avec le gouvernement fédéral pouvait toujours garantir la réussite de l'industrie de la radiodiffusion.

La ministre du Patrimoine canadien, Lisa Frulla, s'est engagée à maintenir le financement des contenus à son niveau actuel et a invité l'industrie à faire une plus grande promotion de son rôle et de son importance en ce qui concerne la diffusion de la culture canadienne. Elle s'est par ailleurs déclarée préoccupée par l'impact des nouvelles technologies.

Par contre, le président du conseil de l'ACR, Alain Gourd, croit que ses membres ne doivent pas s'inquiéter outre mesure des retombées négatives. "Chaque fois qu'un nouveau média est apparu, on a annoncé, à tort, la mort de ceux en place, souligne-t-il. Notre grande préoccupation est davantage liée aux intentions des câblodistributeurs d'insérer des pauses publicitaires dans les émissions américaines qu'ils distribuent, sans obligation de leur part d'investir dans le contenu canadien."

comments powered by Disqus