La référence des professionnels
des communications et du design

Le CRTC veut freiner les télé-réalités

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dévoilera sous peu un programme d'incitatifs pour s'assurer que les télé-réalités ne chassent pas les émissions dramatiques des grilles horaires. Les détails du programme en ce qui concerne les chaînes francophones restent à finaliser, mais il pourrait mener à une augmentation du nombre de publicités permises à l'heure pour récompenser les chaînes qui soutiennent la diffusion d'émissions dramatiques.

"Les émissions de télé-réalité sont très populaires et sont beaucoup moins chères à produire que les dramatiques, c'est pourquoi nous voulons offrir des incitatifs aux télédiffuseurs pour maintenir la place de ces dernières dans les grilles horaires, a indiqué un responsable du CRTC à Infopresse. TVA n'a pas un choix difficile à faire quand elle peut mettre moins d'argent dans une télé-réalité et obtenir les mêmes cotes d'écoute qu'avec une émission dramatique. Nous voulons rééquilibrer l'équation économique pour nous assurer qu'un type d'émissions n'en n'élimine pas un autre." 

Ce programme s'inspire de celui dévoilé cette semaine pour les chaînes anglophones. Dans leur cas, la concurrence ne vient pas d'abord des télé-réalités mais des émissions américaines. En vertu du programme, les chaînes anglophones pourront obtenir le droit de diffuser jusqu'à huit minutes supplémentaires de publicité pour chaque heure de dramatique originale canadienne diffusée. Les télédiffuseurs pourront ajouter 25% de publicité additionnelle si les cotes d'écoute des dramatiques canadiennes augmentent, et un autre 25% s'ils augmentent aussi leur dépenses dans ce secteur. "Le problème du côté anglophone, c'est que les diffuseurs perdent de l'argent en diffusant des dramatiques canadiennes", explique le responsable du CRTC.

Le CRTC n'a imposé aucune limite quant au nombre de minutes additionnelles pouvant être obtenues, et les chaînes pourront diffuser jusqu'à 14 minutes de publicité par heure, contre 12 actuellement. "Les télédiffuseurs vont se servir de ces minutes additionnelles pour ajouter de la publicité là où c'est le plus payant, c'est-à-dire durant les émissions dramatiques américaines", dit le responsable du CRTC.

comments powered by Disqus