La référence des professionnels
des communications et du design

Rogers ne lâche pas Vidéotron

Le groupe Rogers Communications a demandé hier à la Cour supérieure du Québec une ordonnance pour annuler l'injonction qui empêche, depuis avril dernier, la famille Chagnon, actionnaire de contrôle du Groupe Vidéotron, de finaliser la fusion des deux entreprises.

De son côté, la direction de Vidéotron a publié, peu après l'annonce de Rogers, un communiqué pour "reconfirmer publiquement sa recommandation à ses actionnaires de voter en faveur de l'offre de Rogers."

En effet, le 9 août, le groupe Quebecor et la Caisse de dépôt et placement du Québec avaient fait sensation en présentant une nouvelle offre de 4,9 milliards $ comptants pour l'acquisition de Vidéotron, soit 45 $ par action. L'entente de fusion entre Rogers et Vidéotron, conclue le 14 février dernier, ne prévoit qu'un échange d'actions et paraît moins attrayante pour les actionnaires compte tenu de la récente baisse des actions de Rogers, selon certains analystes financiers.

comments powered by Disqus