La référence des professionnels
des communications et du design

Jeunes vs vieux: encore des réactions

Voici d'autres réactions au débat lancé dans le magazine Infopresse d'octobre sur la place respective des jeunes et des vieux dans l'industrie publicitaire. Peu de lecteurs se portent à la défense des jeunes, plusieurs vantent la richesse de l'expérience, tandis que beaucoup militent en faveur de l'équilibre. "Le monde de la pub semble souffrir de ce mal qu'il exporte si bien: la peur de vieillir, l'obsession de l'éternelle jeunesse... Mais soyons sérieux: est-on vraiment 'vieux' à partir de 30 ans?" s'interroge Pascal Hierholz, du Venture Group, à Calgary.

Jean Dénommé, professeur à l'Académie internationale du design et de technologie de Montréal, croit que les jeunes sont moins inhibés que leurs prédécesseurs, mais que cela en ferait de plus piètres créateurs. "Le geste créatif en est un de courage et pour avoir du courage il faut deux facteurs psychologiques qui manquent à bien des jeunes: avoir une bonne estime de soi et avoir transgressé des interdits avec succès", dit-il.

Sylvain Thomin, jeune concepteur-rédacteur de Bos, en fait d'abord et avant tout une question de talent. "Malheureusement beaucoup de vieux n'ont jamais été bons, et ce n'est pas en acquérant de l'expérience qu'ils le deviennent", dit-il.

D'autres enfin font intervenir un autre élément dans le débat: le client. "La réponse ultime est dans la performance de notre client, dans l'atteinte de ses objectifs. Le reste ne demeure que des mots pour se démarquer dans un petit marché de plus en plus saturé", dit Philippe Jacques, président de l'agence Solo Communications.

Pour lire la suite des réactions des lecteurs du quotidien Infopresse, cliquez ici (PDF).

Pour contribuer au débat lancé, cliquez ici.

comments powered by Disqus