La référence des professionnels
des communications et du design

La femme-cornichon est-elle née?

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Il y a 10 ans, au coeur des grandes et belles années du féminisme pur et dur (c'est amusant, mais "féminisme" est un mot masculin!), on n'aurait jamais pu imaginer pareilles situations. Suivez-moi, je vous raconte quelques concepts en compétition.

Une jeune femme d'aujourd'hui, bien dans sa peau de femme égalisée, fait du bricolage. Elle tente de perforer un mur à l'aide d'une perceuse dernier modèle. Alors qu'elle attaque, dare-dare, la surface de plâtre, la perceuse dérape et c'est la catastrophe. Vous voyez d'ici le dégât. Une voix hors champ d'homme vient signer ce message pour un plan d'assurance automobile conjoint pour les couples. Elle énonce laconiquement: dites-vous que demain, elle conduira aussi votre voiture!

Du même acabit, une affichette annonçant la tenue prochaine d'un tournoi de golf réservé aux dames montre une voiturette de golf complètement ratatinée contre un arbre bordant l'allée d'un vert (sans commentaire). Une série de films réalisée pour un magazine exclusivement masculin met en situation des femmes en fâcheuses postures réparer une voiture sous la pluie, perforer un mur de béton (encore!), porter des trucs trop lourds, etc. Bref, des tâches généralement réservées à leurs hommes, sous le regard désabusé de ces derniers totalement absorbés par la lecture de leur revue.

Sexisme ou égalité absolue. Il est vrai que depuis quelque temps, l'image qu'on donne en pub de la gent masculine en arrache pas mal. Le message de GM montrant un cornichon incapable de déplier la poussette de sa fillette alors que sa tendre moitié s'acquitte sans faille d'un maniement expert de tous les sièges de la fourgonnette familiale en est l'illustration la plus récente. Car en pub, le con, c'est toujours l'homme.

À Cannes, cette année, les choses ont de prime abord des allures de revanche. Une sorte de retour au machisme primaire des années 80. Personnellement, je préfère y voir, au contraire, la première manifestation d'une réalité plutôt saine: l'émergence de la véritable égalité. Celle qui nous autorise à rire des femmes en suivant les mêmes règles que celles qui nous font rire des hommes. Devant la connerie humaine, nous sommes tous égaux, n'est-ce pas? Euh, pardon, je veux dire égales!

comments powered by Disqus