La référence des professionnels
des communications et du design

Un go pour Alesse

Le laboratoire pharmaceutique Wyeth-Ayerst Canada a finalement obtenu l’autorisation des Normes canadiennes de la publicité, pour diffuser le second message de sa campagne télé faisant la promotion de sa pilule anticonceptionnelle, Alesse, vendue sous ordonnance.

Lancée en mai, la campagne de Wyeth-Ayerst avait soulevé la controverse. Elle combinait en effet pour la première fois deux formes de publicité permises par la loi, mais encore jamais utilisées dans le cadre d'une même campagne par les fabricants de médicaments sous ordonnance. En effet, selon la loi canadienne, la publicité directement auprès des consommateurs est interdite à moins qu'elle n'évoque simplement l'existence d'un traitement pour une maladie donnée, sans mentionner de marque en particulier. La loi permet en outre de diffuser uniquement le nom, la quantité et le prix du médicament sans mentionner la maladie qu’il traite.

Les Normes canadiennes de la publicité ont conclu que si les deux types de messages sont présentés par un annonceur en même temps ou dans un court laps de temps, il créent un message unique auprès des consommateurs et contreviennent ainsi aux lois de Santé Canada. Il doit donc s'écouler une période de temps entre les deux messages (information sur la maladie et marque) d'une durée au moins égale à la période de diffusion du premier message. Les messages conçus par Anderson Advertising, n'ont été produits qu'en anglais.

comments powered by Disqus