La référence des professionnels
des communications et du design

Abribus+: possibilités multiples

Claude Foisy, vice-président de Québecor Affichage (photo: Shayne Laverdière).

Les premiers abribus interactifs de Québecor Média ont été dévoilés la semaine dernière; Infopresse s'entretient avec Claude Foisy, vice-président de Québecor Affichage sur les possibilités qu'ils offrent.

Québecor Média Affichage, en partenariat avec la Société de transport de Montréal (STM), avait annoncé en juin dernier le lancement de 40 abribus numériques au sein de son réseau, qui compte actuellement 2700 édicules.

Le nouveau mobilier urbain comporte un écran d'un diamètre de 84 pouces, muni d'un système de reconnaissance gestuelle. Les passants pourront notamment y consulter les horaires planifiés des autobus, en plus d'y lire les manchettes et la météo. «Il s'agit d'une première mondiale, souligne Claude Foisy. La taille de l'écran, l'interaction qu'il permet avec l'usager sans même y toucher, la flexibilité pour les annonceurs; nous découvrirons toutes ces nouveautés ensemble.»

Six annonceurs déploient leur campagne sur les écrans du nouveau mobilier urbain: Lasik MD, Sly & Co, Arc'Teryx, le lait, Vidéotron et Procter & Gamble, avec Febreze. Deux d'entre eux profitent déjà des possibilités interactives de l'abribus. Febreze a choisi une interaction sonore - une musique est associée à une odeur évoquant un état d'esprit particulier - alors que le détaillant de vêtements Sly & Co présente en visionnement certains articles de son catalogue de produits. D'ailleurs, cette dernière exécution interactive a été entièrement conçue par TVA Accès, qui offre ses services aux annonceurs désirant tester ce nouveau produit d'affichage.

Outre l'écran, toutes les composantes de l'abribus proviennent du Québec. Il a été dessiné par le consortium Leblanc + Turcotte + Spooner, fabriqué par Caritech; tout ce qui touche à l'interaction provient de la firme Numérix 3D. «Lorsque nous l'avons pensé en équipe, c'est un produit qui n'existait pas et qui n'avait pas été développé. Numérix 3D a travaillé sur l'ensemble du code, en très peu de temps.»

Par ailleurs, Nümédia s'occupe de tout ce qui permet de contrôler le contenu diffusé sur les écrans numériques. «Cela nous permet de fournir des rapports très précis aux annonceurs: nombre de minutes pendant lesquelles leur campagne a été vue, quantité d'interactions suscitées. Ces rapports nous permettent aussi de gérer l'inventaire: on peut par exemple diffuser des campagnes par abribus, selon des périodes, à des moments de la journée qui varient.»

Les abribus ont été placés dans six arrondissements de la ville. Claude Foisy n'exclut pas de faire croître ce parc d'affichage numérique: «Dans le plan original, nous voulions en déployer 50; une dizaine seront donc installés l'an prochain dans de nouveaux arrondissements. Nous mesurerons ensuite la réaction des usagers de la STM et des annonceurs, puis nous verrons si le modèle d'affaires nous permet d'aller encore plus loin.»

Rappelons que le partenariat entre Québecor et la STM s'échelonne sur 20 ans.

comments powered by Disqus