La référence des professionnels
des communications et du design

Les 18-34 ans et les quotidiens

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Le lectorat des quotidiens a ralenti chez les moins de 35 ans à Montréal, Québec et Toronto en 2005.

Dans le cas de Montréal, il s'agit d'un changement complet de trajectoire, car la popularité des journaux gratuits, dont NADbank mesure le lectorat depuis 2003, avait permis une croissance du nombre régulier de lecteurs en 2003 et 2004 chez les 18-34 ans. Renversant cette tendance, 2005 a été marquée par une baisse de lectorat de 4% chez les 18-24 ans et de 5% chez les 25-34 ans (graphique 1).

Les deux quotidiens gratuits montréalais font toutefois exception à la tendance générale et ont accru le nombre de leurs lecteurs au sein de ces deux groupes. En effet, Métro a gagné 18 300 lecteurs pendant cette période et 24 heures a augmenté son lectorat de près de 5000 personnes.

Trois quotidiens payants ont encaissé des pertes nettes auprès des moins de 35 ans: The Gazette (-9400), Le Journal de Montréal (-12 000) et Le Devoir (-5800). Pour sa part, La Presse a perdu autant de lecteurs chez les 18-24 ans (-7500) qu'elle en a gagnés chez les 25-34 ans (+7500).

On remarque le même phénomène dans la région de Toronto. En effet, après des baisses importantes de 2001 à 2003 de 9% chez les 18-24 ans et de 8 % chez les 25-34 ans (graphique 2), le lectorat des quotidiens torontois avait connu un certain regain de lecteurs en 2004.

Cette accalmie a été de courte durée, car une autre baisse importante a été notée l'an dernier. Ainsi, la proportion des 18-24 ans qui lisaient un quotidien torontois en 2005 a diminué de 2% par rapport à l'année précédente et celle des moins de 25-34 ans a chuté de 4%.

Le Toronto Star (-55 300) et le Toronto Sun (-38 400) ont été les plus touchés par ces baisses. Comme à Montréal, les gratuits Metro (+12 500) et 24 Hours (+35 400) ont été épargnés et ont même gagné en popularité. Le National Post a lui aussi tiré son épingle du jeu et a réalisé un gain de plus de 26 000 lecteurs tandis que le lectorat du Globe and Mail demeurait stable.

À Québec, il n'y a pas de quotidien gratuit. Les taux de lectorat mesurés par NADbank ne concernent que les payants Le Journal de Québec et Le Soleil. De 2001 à 2003, le lectorat combiné des deux journaux a augmenté (+7 % chez les 18-24 ans et +1% chez les 25-34 ans), mais depuis, la chute est vertigineuse (graphique 3). En effet, les 18-24 ans étaient moins nombreux de 17% à lire les journaux québécois en 2005 qu'en 2003. Du côté des 25-34 ans, la baisse a été de 12%. Le Soleil a été le plus durement touché, avec une perte de 16 600 lecteurs en seulement deux ans. Le Journal de Québec a également connu des pertes, mais moindres, soit de 2300 lecteurs de 18-24 ans et de 6500 du côté des 25-34 ans.

La proportion de résidants de moins de 35 ans à lire un quotidien régulièrement en semaine est aujourd'hui bien inférieure à Québec (35,2%) qu'à Montréal (46,7%) et Toronto (43,8%). La présence des gratuits dans ces deux dernières villes explique toutefois cette différence. En effet, on retrouve maintenant la même proportion de lecteurs réguliers pour les quotidiens payants dans chacune des trois villes, soit un résidant sur trois (graphique 4).

Cette analyse est produite par le Centre d'études sur les médias, un centre de recherche issu d'un partenariat entre l'Université Laval et HEC Montréal.

comments powered by Disqus